Call US - 214 - 2547 - 142

Bissap

Une nouvelle activité prometteuse : le Bissap

Témoignage d’Alioune Badara Senghor président de l’ADDF

“A l’ADDF (Action pour le département de Foundgioune et de l’arrondissement de Toubacouta), nous avons 28 producteurs de Bissap dont 21 femmes.Ces producteurs sont répartis dans les villages membres. La surface cultivée 14 hectares avec une production moyenne de 400kg en moyenne soit 5,6 tonnes.
En effet l’ADDF fait partie du programme de l’Etat: le projet d’Appui aux Filières Agricoles (PAFA). Ce projet nous subventionne en engrais, en petits matériels et en semences. Il nous facilite aussi la commercialisation.

Alioune dans un champ de bissap

Alioune dans un champ de bissap

Le bissap se vend mieux que l’arachide sur le marché national et international. Il est transformé et sert dans des industries pharmaceutiques et aussi pour la coloration de certains produits alimentaires.
La culture du bissap était au début réservée aux femmes mais compte tenu du prix de vente intéressant, les hommes se sont lancés. Ce qui crée aujourd’hui des difficultés pour les femmes à accéder à la terre. La plupart des terres appartiennent aux hommes.
C’est pourquoi à l’ADDF, nous avons commencé à faire des plaidoyers, des sensibilisations avec des animations radiophoniques dans les radios communautaires sur les thèmes : accès à la terre et le genre. Mais les moyens de l’ADDF ne sont pas encore à la hauteur de ses ambitions pour les populations. Nous faisons avec le peu de moyens que nous avons et nous évaluons les impacts sociaux.
Je dois affirmer que le soutien de l’ADDF est passé par là. Ce soutien nous a crédibilisé et occasionné une motivation et une meilleure organisation à l’intérieur de notre structure.
Les formations techniques culturales financées par ATM sont à l’origine de cette bonne production de bissap.
Il est à signaler que pour le moment seule la prestation transformation du bissap par la machine (1) est payée à l’ADDF. Nous verrons comment faire pour que l’ADDF gagne un peu plus pour faire face à ses charges.
L’ADDF est membre du Cadre National Interprofessionnel de la Filière Bissap (CNIFB) du Sénégal et je suis le président de la commission animation de cette structure.
L’ADDF va exposer du bissap en poudre à la FIARA. Exposer à la FIARA n’est pas donné.
Je dois dire que nous avons perdu des producteurs d’arachide qui se sont convertis en producteurs de bissap. Nous comptons développer davantage la filière bissap et sensibiliser les autres à adhérer à l’ADDF pour la production d’arachide. Car l’arachide ne doit pas être abandonnée en raison des besoins permanent de nourriture des hommes et du bétail.
Toutefois il faut reconnaître que les difficultés que traverse le secteur de l’arachide ne sont pas de nature à encourager les producteurs.”

(1) Le broyeur arachide financé par ATM sert aussi à transformer les fleurs de bissap en poudre. Ce qui facilite la commercialisation du bissap.

Comments are closed.